Peut-on se passer d’une voiture?

L’organisation d’une famille tourne autour des déplacements, que ce soit pour faire des courses, aller chercher les enfants à l’école ou les conduire à leurs activités extra-scolaires. Alors, est-il possible de se passer d’une voiture?

Pour moi et ma famille, la réponse est non, et c’est pour ça que je parle du vélo comme mode de transport principal, et non unique.

J’utilise une voiture pour :

  • faire des grosses courses ou pour transporter des objets encombrants;
  • joindre des endroits situés à plus de 15 km de chez moi;
  • des soucis de confort : quand je suis malade ou quand les conditions climatiques empêchent tout déplacement à vélo;
  • partir en vacances.

Et qu’en est-il du train?

C’est tout simplement trop contraignant avec deux enfants de moins de trois ans. J’habite dans un des quartiers de Bruxelles les plus mal desservis en transport en commun, de sorte le temps nécessaire pour atteindre la gare est souvent supérieur au temps de trajet en train en lui-même. Sans compter que ma poussette ne rentre pas dans la plupart des wagons, je dois donc rester dans la zone intermédiaire, bruyante et sans place assise. On ne sait accéder à la plupart des quais que par un escalier et l’entrée dans le train se fait par deux immenses marches. Non, le train n’est définitivement pas une bonne alternative pour une maman seule avec ses deux petits bouts.

Faut-il pour autant acheter ou garder une voiture personnelle?

C’est un choix que personne ne peut faire à votre place! Pour moi, la question ne se pose pas car je n’ai pas de voiture et j’ai la chance de pouvoir en emprunter une lorsque j’en ai besoin. Mais tout le monde n’a pas cette chance et souvent, il est important de pouvoir garder une certaine liberté de mouvement qui rend la voiture indispensable.

Alors, quand prendre la voiture, quand s’en passer?

Voici les règles que je me suis fixées afin de minimiser les déplacements en voiture : 

  1. si le trajet est inférieur à 1km : aller à pied ;
  2. si le trajet est compris entre le km et 15km : privilégier le vélo ;
  3. si le trajet est supérieur à 15km : essayer d’y aller en transport en commun et si c’est trop contraignant, alors prendre la voiture.

Pourquoi cette limite de 15km? Elle m’est personnelle. C’est une question de temps de trajet et de capacité physique. N’oubliez pas que si le trajet est de 15km, il y aura 15km au retour aussi. Ne négligez pas non plus la sécurité. Certains tronçons sont dépourvus de piste cyclable ou d’une route suffisamment sécurisée pour la prendre en vélo. Ne culpabilisez pas de prendre votre voiture si vous jugez le trajet trop dangereux! C’est bien d’être écolo mais on préfère vous garder en vie et en bonne santé!

Pourquoi le vélo comme mode de transport principal?

Si vous êtes arrivé jusqu’ici, c’est sans doute parce que vous connaissez déjà la réponse à cette question. En réalité, vous connaissez votre réponse à  cette question et cet article vous révélera les raisons qui m’ont poussée à adopter le vélo pour la grande majorité de mes déplacements!


1. l’écologie

Nul besoin de vous donner de longues explications là-dessus, car tout le monde sait que les voitures actuelles sont polluantes et contribuent au réchauffement climatique. Je veux parcourir une planète belle et propre, adaptée au genre humain (et pas avec des températures trop élevée et des catastrophes naturelles fréquentes) et riche des millions d’espèces animales qui la partagent. Autrement dit : pas question pour moi de me déplacer majoritairement en voiture.


2. le temps

Qui ne s’est jamais plaint qu’il n’y avait que 24 heures dans une journée? Mon calcul était vite fait : pour joindre mon domicile à mon lieu de travail, à la crèche de ma fille et à l’école de mon fils en transport en commun, je dois passer plus de 4 heures dans les trams ou à les attendre, souvent dans la pluie ou le froid. J’ai utilisé les transports en commun bruxellois pendant plus de deux ans : hors de question de continuer comme ça!

Et je ne perds même pas de temps par rapport à la voiture! Si je veux éviter les embouteillages, je dois partir le matin à la même heure que si je me déplaçais en vélo, et les bouchons du centre-ville me font perdre autant de temps que le trajet à vélo!


3. Le confort

Oui, il est bien plus confortable d’être assise sur sa selle que d’être debout dans un tram bondé, la joue collée à la vitre ou sur l’épaule de votre voisin! Et quel confort de savoir que partout où je vais, je réussirai à parquer mon vélo à quelques mètres seulement de ma destination? Et ce gratuitement bien sûr! Ca vaut largement le fait d’être mouillée de temps en temps.

Mes enfants aussi ont gagné au change : grâce à la remorque vélo, ils sont confortablement installés à l’abris de la pluie. En fait, ils dorment la plupart des trajets! Je ne dois même plus les réveiller lorsque je suis arrivée à destination : je transforme la remorque en poussette en un tour de main, sans devoir les sortir de leur siège!


4. L’argent

Je n’ai tout simplement pas les moyens d’avoir une voiture à moi. J’ai essayé d’utiliser les voitures partagées (Cambio), mais ces solutions sont souvent coûteuses s’il s’agit d’en faire votre mode de déplacement principal, et pas du tout pratique lorsqu’on transporte des enfants qui nécessitent des dispositifs de retenue adaptés à leur âge. Je n’ai pas encore les moyens d’acheter mon propre vélo et j’ai donc opté pour un vélo électrique en location (via Swapfiets). Je paie 75€/mois et tous les frais de réparation sont pris en charge. Mon assurance en responsabilité civile couvre ma famille lors de mes déplacements vélo et je n’ai tout simplement plus d’achat de carburant. Autant dire que je n’ai quasi plus de frais de déplacement.


5. Le sport

En lien  immédiat avec le temps gagné et l’argent économisé, la dernière raison que je vous énonce ici est l’activité sportive. Plus besoin de programmer une activité sportive pour entretenir ma santé puisque je parcours plus de 100km par semaine en vélo! Et n’allez pas me dire qu’utiliser un vélo électrique n’est pas une activité sportive sans en avoir essayé un! Je sélectionne le plus souvent possible le mode “eco” et je peux vous assurer que mes cuisses et mon coeur sont mis à contribution tous les jours! Je fais également des économies puisque je n’ai pas d’abonnement dans un club de fitness ou de sport. 


En conclusion : je gagne du temps et de l’argent, je pollue bien moins la planète avec mon vélo électrique qu’avec une voiture, j’ai gagné en confort et en sérénité en remplaçant mes déplacements quotidiens en transport en commun (que je déteste) par une activité que j’aime (le vélo). Je fais une activité sportive quotidienne et mes enfants adorent se déplacer dans ce qu’on appelle entre nous “leur carrosse”.